Jacques Bouillot


Jeudi 12 octobre, le 12e Régiment de Cuirassiers a rendu un dernier hommage au Lieutenant-Colonel (ER) Jacques Bouillot, dont les obsèques se sont déroulées à Mouleydier au sud de Bergerac (24), en présence de nombreuses personnes dont le général d’armées (2S) Bruno Cuche, président de l’association des anciens combattants
de la 2ème DB, qui a prononcé l’éloge funèbre.
Article de presse:
Pour tous les Mondeydériens, il était « le colonel », illustre combattant de la Seconde Guerre mondiale et passionné de sport Jacaues Bouillot est mort à 93 ans. Ses obsèques ont lieu aujourd'hui à l'église de Mouleydier, à 14 h 30, avant l'inhumation au cimetière de la commune. Yonnais d'origine, c'est dans le sport que Jacques Bouillot s'est d'abord illustré, en pratiquant l'athlétisme au sein de l'AJ Auxerre, sous la férule de l'abbé Deschamps. Mais en 1940, la guerre a eu raison de ses espoirs d'exploits sportifs. Il a alors 16 ans et s'engage dans les Forces françaises libres (FFL). Il se retrouve en Tunisie où le général de Lattre deTassigny le choisit personnellement pour l'école des cadres. Par la suite, le général Leclerc le sélectionne lors de la création de la 2e DB. II participe au débarquement et aux libérations de Paris et Strasbourg, où le char Cherbourg, qu'il pilotait est aujourd'hui exposé. À l'issue du conflit mondial, il poursuit sa carrière militaire et participe aux campagnes d'Indochine et d'Algérie. Plus tard, sa passion pour le sport rejoint sa carrière militaire, puisqu'il devient commandant en second du Bataillon de joinville. Il quitte la vie militaire en 1974 et se reconvertit dans la promotion des vins du Sud-
Ouest, jusqu'à sa retraite, en 1984. Sportif enthousiaste et ardent défenseur du fair-play (il en a obtenu le prix national en 1999), il a pratiqué des disciplines aussi variées que : athlétisme, boxe, rugby, football, basket-ball, hand-ball, judo, escrime, parachutisme, natation et cyclotourisme. Ce riche parcours a été ponctué de nombreuses distinctions, de la Légion d'honneur aux médailles militaires, telles la croix de guerre 1939-1945 et la croix de la valeur militaire, en passant par des reconnaissances civiles,
comme la médaille d'or de ta Jeunesse et des Sports. Jean-Luc Chanteau

Goulven Stephan

Je n’ai pas l’intention ici de retracer la vie et la carrière de Goulven. Je veux simplement lui rendre l’hommage des membres du comité d’Aquitaine des Joinvillais. C’est un grand ancien qui s’en va au terme d’une vie si longtemps consacrée au Service, avec un grand « S ». Que ce soit sous l’uniforme ou après avoir pris la retraite, Goulven a toujours été un homme de dévouement et d’action. Les nombreuses décorations qu’il a obtenues en témoignent. Très jeune, il a su acquérir de précieuses qualifications sportives en athlétisme et dans les sports collectifs. Aussitôt, il les a exploitées au profit des autres, apportant une rare disponibilité et payant de sa personne pour
montrer l’exemple. Doué d’une grande force de caractère, il a su convaincre et diriger avec talent, que ce soit comme moniteur ou officier des sports et ensuite comme professeur d’EPS. Le comité d’Aquitaine, qui porte les traditions de la prestigieuse école de gymnastique de Joinville le Pont créée en 1852 a vu le jour en 1978. Goulven y a naturellement adhéré et assumé la charge de délégué pour les Pyrénées atlantiques. Pendant une dizaine d’années, il n’a eu de cesse d’animer avec talent la vie Joinvillaise
en organisant de nombreuses manifestations dont la plus marquante restera, en 1980, le baptême du stade du Hameau au nom de « Colonel de Fornel ». Cet officier avait fait sortir d’un terrain de friches, avec le concours des cadres et stagiaires maniant pelles et pioches, une magnifique réalisation inaugurée en 1949. Au moment où ce stade repris par la Section Paloise subit des améliorations, le comité d’Aquitaine reste attentif à ce que cette enceinte qui pour les palois demeurera pour longtemps le stade du hameau conserve bien visible le souvenir de ses bâtisseurs, dans l’esprit de ce qu’avait initié Goulven. Même si cette difficile maladie qui isole nous a ces dernières années privés de communication, les Joinvillais sont restés bien imprégnés de tout ce que Goulven a manifesté aussi longtemps qu’il a pu partager nos activités. A sa famille, j’adresse nos sincères condoléances et je veux dire notre fierté d’avoir partagé la vie d’un homme qui a toujours donné la meilleure image du sportif, du dirigeant et de Joinville.
Merci Goulven

Célestin Bienvenu

Henri Bonnet

Pierre Lavignole

Serge Legeay

Jean-Claude LEROY

Il n'est jamais facile d'annoncer des mauvaises nouvelles et pourtant, aujourd'hui, c'est une bien triste nouvelle dont je dois vous faire part. Jean-Claude LEROY né le 02/07/1934 est décédé le 19 décembre 2012. Jean-Claude était Joinvillais depuis 1992 au Comité Aquitaine, sous le n°3346. Jean-Claude a fait une brillante carrière militaire, comme moniteur. Sportif accompli il a fait une seconde carrière en tant que professeur EPS au lycée Saint Maur à Pau.